« Vous avez raison pour la place Dublineau »

 La majorité sortante veut laver plus vert que vert à quelques mois des municipales et n’assume pas six années d’inaction en faveur de la transition écologique.

« Jamais il n’a autant été question d’arbres, ou d’arbustes, au conseil municipal », a-t-on pu lire dans l’édition du 11 décembre de la Nouvelle République. Et pour cause, se réveillant opportunément au terme de six années d’inaction, la municipalité sortante a décidé de sortir l’artillerie lourde en matière de « green washing », à quelques mois des élections municipales de mars 2020.

Après la canicule de cet été, de nombreux « îlots de chaleur » avaient été recensés dans la ville de Tours. Il s’agit de zones où l’on constate des élévations très localisées des températures, lesquelles peuvent être dues au revêtement du sol (goudron, béton sombre), à la présence importante de bâtiments vitrés, et sont très souvent renforcées par l’absence d’arbre et de couvert végétal.

Six années de mauvais choix

Depuis 2014, la municipalité sortante multiplie les mauvais choix en matière d’aménagement urbain et de réfection des espaces publics. La rénovation de la place Dublineau, entre la gare et le boulevard Heurteloup, est le parfait contre-exemple de ce qu’il conviendrait de faire.

Place Dublineau, les militants des Cogitations citoyennes ont apporté des végétaux, car il n’y en a pas. © Photo NR

Pas d’arbre, pas de banc, que de l’asphalte et du béton, sur une placette uniquement dédiée au stationnement automobile. Cet été, le collectif des « Cogitations citoyennes » y a mesuré des températures atteignant jusqu’à 46 degrés, soit environ 8 degrés de plus qu’une place suffisamment végétalisée.

« Vous avez raison pour la place Dublineau », a d’ailleurs concédé Christophe Bouchet à Emmanuel Denis, candidat de « Pour demain Tours 2020 », lors du conseil municipal de mercredi dernier.

« Faire de Tours une cité-jardin »

Promettant une « végétalisation massive » de la ville – 60 arbres et arbustes prévus en 2020 -, le maire actuel veut laver plus vert que vert en ces temps d’inquiétudes des citoyens au sujet du dérèglement climatique. La spéculation foncière et la bétonisation de Tours Nord et des Deux-Lions voulues par la municipalité démontrent pourtant le cynisme de l’équipe sortante.

Pour contenir les îlots de chaleur urbains, Emmanuel Denis et la liste « Pour Demain Tours 2020 » proposent de faire de Tours une « cité-jardin ». Le « plan Canopée » prévoit notamment la plantation de 10 000 arbres d’ici 2026, l’installation de jardins et parcs urbains dans chaque nouveau quartier, ou encore l’application d’un coefficient de végétalisation pour chaque nouvelle construction.

a

What You Need to Know About VoteStart

The perfect way to get a head start in your upcoming political campaign.

 
2976 Washington St
San Francisco, CA 94115
 

Follow us:

Chip in now, every dollar helps in the crtical final moments of this campaign.

Fiona Anderwood